Installation d’un Raspberry Pi – Part 1 – Les accessoires

Raspberry Pi tuto

Raspberry Pi

Ça y est! Vous l’avez! Vous revenez en courant de votre boite aux lettres, tout haletant, vous ouvrez le colis et vous voilà, bouche bée, face à face avec votre tout nouveau jouet : un Raspberry Pi flambant neuf. Il vous tarde de l’essayer? Alors, montez à bord avec moi pour cette série d’articles sur l’installation et la configuration du Raspberry Pi.

Dans cette première partie, je vous présenterais les accessoires (indispensable ou fortement conseillés) pour votre Raspberry Pi.

Les accessoires du Raspberry

Pour garder un prix toujours aussi attractif et dans un esprit de récupération, la Raspberry Fundation a volontairement décidé de ne pas fournir d’accessoires et de vendre la carte seule.

Donc aucun accessoire : pas de clavier, pas de souri et surtout, pas d’alimentation ou de stockage.

Dans mon cas, l’initiative de la Rpi fundation a bien fonctionné puisque j’ai récupéré un vieux clavier et une vieille souri USB qui trainaient, et l’alimentation 5v2A de mon ancienne tablette pour mon Rpi 3.

Concernant le clavier et la souri, c’est totalement logique puisque la majorité des Rpi sera utilisée via SSH depuis un autre ordinateur, pas besoin de ces accessoires, hormis pour la première installation (même si les plus courageux pourraient s’en passer).

Bien choisir l’alimentation de son Raspberry Pi

Attardons-nous quelques instants sur la question de l’alimentation. Cet accessoire est vital au Rpi et doit être bien choisi afin d’éviter qu’il ne crame (et croyez-moi, ça arrive). Le Raspberry Pi peut être alimenté de deux manières que nous allons voir.

L’alimentation 5V microUSB

Alimentation Raspberry pi

micro-usb

Commençons par la méthode la plus simple qui consiste à utiliser une alimentation 5V en microUSB. Vous savez ce sont les mêmes que pour vos téléphones et tablettes Android.

Cependant, dans le cas du Raspberry, il faut faire attention à une chose : la puissance de votre chargeur 5V.

Est-ce que je peux utiliser, sans crainte, le chargeur 5V de mon téléphone ou de ma tablette?

Certains vous diront qu’utiliser un chargeur de téléphone ou de tablette pour un Rpi est une bêtise. C’est totalement FAUX ! Si votre chargeur est de qualité et que l’intensité (en Amp) est suffisante, il n’y aura AUCUN problème.

Pour vous en convaincre, voilà une simple remarque. Sachant que Samsung garantit ses téléphones (qui coutent 400-700€) et sachant que le risque que le téléphone ne lâche à cause du chargeur défectueux n’est pas nul, pensez-vous que le constructeur prendrait le risque de fournir une alimentation de mauvaise qualité? Je ne crois pas.

Un bon chargeur Samsung sera au moins d’aussi bonne facture qu’une alimentation pour Rpi.

Maintenant que nous avons éclairci ce point, nous allons pouvoir nous attaquer au problème de l’intensité fournie par votre alimentation.

Quelle est donc la valeur d’intensité suffisante pour un Rpi? Cela dépend du modèle de Raspberry Pi.

Pour vous faire une idée :

Consommation Raspberry Pi

Consommation Raspberry Pi

Si vous voulez une alimentation qui satisfera tout le monde, prenez une 5V/2.5A et vous pourrez l’utiliser sur n’importe quel modèle. L’important est d’avoir la bonne tension (5V) et suffisamment d’intensité. Le Rpi de son côté ne consommera que le courant dont il aura besoin.

Voilà une alimentation que je peux vous conseiller chez Amazon.

Pourquoi une seconde méthode d’alimentation alors?

Le souci de la première méthode est qu’elle limite le Raspberry. Globalement je vous déconseille d’essayer d’alimenter des choses énergivores et connectées au GPIO car on risque de manquer de courant et de griller le Rpi ou l’alimentation (ou les deux). L’alimentation par microUSB est bien pour alimenter le Rpi et quelques accessoires en USB (clavier, souri, HDD dans le cas du Rpi3), mais on est très vite limité.

Pour plus de courant, il y a la seconde méthode d’alimentation que je vous explique juste en dessous.

L’alimentation 5V directement sur le GPIO

Je vous préviens, cette méthode est moins usuelle que la première et risque de faire peur à certains. Cependant, à condition que le travail soit bien fait, cette méthode est sans risque. Autrement dit, il n’y a aucune raison d’avoir peur si on est attentif.

Pour ça, on va utiliser le GPIO, vous savez, ce sont les petits « pics métalliques » qui se trouvent sur votre Raspberry Pi.

Raspberry GPIO

Lui c’est le GPIO

Concrètement, le GPIO sert d’entrée/sortie pour faire de l’électronique, chaque pin correspond à une fonction particulière ou bien permet la transmission de signaux. Ce qui est bien avec le GPIO c’est qu’il a aussi une entrée/sortie pour le 5V dont on va se servir.

L’exemple le plus simple auquel je peux penser (car c’est en place chez moi sur mon Rpi 2) est d’utiliser une alimentation d’ordinateur fixe de récupération, de connecter le 5V de l’alimentation au pin +5V du Rpi et de connecter la masse de l’alimentation au pin marqué GRD (ground = masse).

Voilà une petite photo du branchement chez moi :

Raspbrery gpio pins

Raspbrery alimenté par le GPIO

GPIO Raspberry PI

GPIO Raspberry PI

Comme vous pouvez le voir sur la photo, j’ai branché un fil rouge sur le +5V (pin 2 sur le schéma) et le fil ici blanc de la masse (normalement il devrait être noir, mais je n’avais que du blanc sous la main) sur le pin 6 marqué Ground (la masse en anglais). Ne faites pas attention aux fils noir et vert, ils ont un tout autre intérêt (commande de led) et ne sont pas relié à l’alimentation de pc.

Vous allez me dire c’est un peu excessif d’utiliser une alimentation de PC pour un simple Rpi. Je suis d’accord. Dans mon cas l’alimentation ne se contente pas de fournir l’énergie au Raspberry seul mais aussi aux 150 leds qui sont contrôlées par le Pi. Comme je le disais cette méthode se prête bien au fait d’avoir d’autres composants sur le GPIO à alimenter.

Vous voyez, il n’y a que deux fils à connecter, ce n »est pas si compliqué.

Pour plus de détails je devrais bientôt écrire un Article sur l’utilisation qu’on peut faire des vieilles alimentations de PC : affaire à suivre.

Bien choisir sa carte microSD pour son Raspberry Pi

Comme vous le savez certainement déjà, nous allons installer le système d’exploitation de notre Pi sur une carte SD. Il est donc légitime de se demander quelle carte utiliser.

Pourquoi bien choisir sa carte SD est important ?

Raspberry PI carte sd

Carte SD Raspberry PI

La problématique de la carte SD est bien plus importante qu’elle peut en avoir l’air. En effet, le Raspberry Pi peut être un tueur en série.

Une carte SD s’en sort très bien pour copier rapidement des données, les conserver et permettre leur lecture (appareil photo, téléphone etc..). Cependant, elle s’en sort beaucoup moins bien quand on fait beaucoup d’accès en écriture comme le fait le Pi.

Une carte SD a un nombre d’accès en écriture limité et cette limite va diminuer au fur et à mesure des écritures. C’est un peu comme des points de vie, une fois à zéro c’est game over.

Une carte SD est faite à l’origine pour fonctionner avec un appareil photo ou une caméra. Ceux-ci ont une utilisation de la carte bien moins intensive qu’un système d’exploitation. Si vous connaissez Linux, vous savez à quel point l’écriture de logs peut être importante et donc je vous laisse imaginer les dégâts sur un support très limité en nombre d’accès en écriture.

Je vous conseille d’ailleurs de lire mon article qui explique comment augmenter la durée de vie de votre carte SD.

Il est donc important d’avoir une carte SD de qualité.

Voilà donc, selon moi, les critères à prendre en compte lors du choix de sa carte:

  • Marque de la carte SD
  • Capacité de la carte SD
  • Classe de la carte SD (vitesse de lecture et d’écriture)

Quelle marque pour ma microSD?

Concernant le choix de la marque de votre carte SD, je vous conseille de partir pour une marque réputée et d’éviter les cartes no-name comme la peste. Sauf si ça ne vous dérange pas de la changer tous les 3 mois (oui ça peut aller aussi vite). La qualité de la carte SD peut dépends de la qualité des composants et c’est ce qui va déterminer sa durée de vie.

Parmi les marques que je recommande il y a : Samsung, Kingston, PNY, Verbatim, Lexar, SanDisk et certainement d’autres que j’oublie. Ces marques sont réputées pour faire des mémoires de qualité, avec généralement une bonne garantie et une durée de vie supérieure aux cartes no-name.

Quelle capacité pour ma microSD?

Alors là, on entend de tout. Commençons par deux questions importantes :

  • Est-ce que vous souhaitez stocker des données?
  • Est-ce que vous souhaitez utiliser un OS exclusivement en ligne de commande ou avec une interface graphique?

Techniquement, une carte de 2Go suffit pour un Raspbian lite (sans interface graphique) et 4Go pour un Raspbian standard.

SAUF QUE, je vous conseille de partir pour des cartes de plus grande capacité. Pourquoi? Grâce à l’espace libre, vous serez plus libre de vos mouvements mais votre OS aussi, ce qui prolongera la durée de vie de la carte.

8Go ou 16Go feront largement l’affaire.

Et si je veux stocker des données, qu’est ce que je fais?

Votre carte SD n’est pas un espace de stockage pour vos films ou séries. Si vous utilisez votre Rpi comme media center, prenez en supplément de votre carte SD un disque USB ou mieux utilisez un NAS.

Votre carte SD ne doit être utilisé que pour votre système d’exploitation : ce n’est pas un disque dur. Si vous le faites, vous la tuerez encore plus rapidement.

Quelle classe pour ma carte SD?

La classe d’une carte SD, grossièrement ça représente sa vitesse minimum d’écriture, plus la classe est haute et plus votre carte va être rapide.

Dans notre cas, la réponse va être rapide aussi : prenez de la classe 10 (ou U1 c’est la même chose) et rien d’autre. Pourquoi? Parce que même si de la 4 suffit largement, la différence de prix est minime et de toute façon dès que vous arrivez à des capacités de 8 ou 16Go, vous ne trouverez presque que de la classe 10. Dans ce cas, pourquoi se priver?

Carte microSD de classe 10

Carte microSD de classe 10

Au-delà de la classe 10 il y a ce qu’on appelle les classes U2 et U3 (U1 correspond en réalité à classe 10). Pas la peine d’aller aussi loin. Ces cartes sont chères et n’ont d’intérêt que dans des cas particuliers où on a besoin d’une grande vitesse d’écriture, comme pour tourner des vidéos 4k à 60fps.

Conclusion sur la carte SD

  • Prenez une marque réputée (Samsung, Kingston, SanDisk ou PNY)
  • Une capacité au moins de 8 à 16Go pour une utilisation intensive de votre Rpi et pour plus de liberté
  • Utilisez un disque dur USB ou un NAS en cas d’utilisation de votre Pi en media center
  • Classe 10, ni plus ni moins

Voilà un exemple de carte que je conseille, bon prix, bonne marque, classe 10 et 16Go : Carte microSD

Cela dit il y a énormément d’autres modèles et marques que je pourrais vous conseiller, ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Quels sont les autres accessoires nécessaire?

Je ne vais pas passer en revue les centaines accessoires pour Raspberry. Il y en a beaucoup trop. On va donc allez très vite ici car il ne reste pour moi que 4 accessoires à présenter.

Le boitier

Raspberry Pi boîte

Les boitiers du Raspberry Pi

Ce qu’il vous faut maintenant que vous avez votre Raspberry, votre alimentation et votre carte SD c’est un petit boitier. Cela évitera tout court-circuit si par mégarde vous faites contact entre deux composants sur la carte de votre Rpi. Et puis comme ça, votre Pi aura la classe.

 

Les refroidissement

Maintenant que vous avez enfermé votre Raspberry dans son charmant boitier, il respire beaucoup moins bien.

Raspberry Pi chaleur

Radiateur pour Raspberry Pi

Il arrive qu’un Pi chauffe si on lui demande beaucoup de choses. Pour ça il y a deux solutions : un boitier avec ventilateur (bruyant) ou  des petits radiateurs métalliques que l’on place sur les puces du Rpi.

Vous avez de la chance on trouve souvent ces petits radiateur avec les boitiers plastiques. Faites un tour chez Amazon ou Aliexpress vous verrez qu’ils sont partout pour quelques euros.

L’écran

Les deux derniers accessoires ne sont selon moi pas vraiment nécessaires. Cependant ce sont deux accessoires très connus du Rpi donc je me dois de vous les présenter.

Commençons par l’écran. Il est possible de brancher un écran tactile au GPIO du Raspberry Pi pour voir ce qu’il s’y passe ou mieux, pour transformer votre Rpi en tablette ou console portable. Je n’ai pas encore testée personnellement, même s’il est possible que dans un futur plus ou moins proche je me lance.

L’écran le plus utilisé est l’écran de 3.5″ puisqu’il fait la taille du Raspberry Pi. On en trouve pour un trentaine d’euros un peu partout sur le web.

La caméra

Caméra pour Raspberry Pi

Caméra Raspberry Pi

Enfin, voilà le dernier accessoire à la mode de notre nano ordinateur : la caméra. Le Raspberry Pi comporte un connecteur pour caméra directement intégré à la carte. Cela permet de ne pas utiliser de port du GPIO et de les laisser libre pour une autre utilisation, comme l’écran.

Encore une fois, cet accessoire se trouve pour une petite trentaine d’euros sur internet. Cela dit, il y en a à tous les prix et pour tout les gouts : différentes résolutions, caméra stéréoscopique, caméra à vision nocturne, etc…

La première utilisation que j’imagine pour cet accessoire c’est tout simplement de se construire ses propres caméras IP à moindre coût. Une autre expérience que je n’ai pas encore tester mais que je garde sous le coude.

Voilà, je pense avoir fait le tour sur les accessoires indispensables ou très répandus pour le Raspberry Pi.

Comme toujours, n’hésitez pas à laisser un commentaire 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *